• La Punition d'Eren

    La Punition d'Eren

     

     

    Depuis l'échec de la 57ème extra-muros, Eren se sentait mal. En effet, après avoir perdu nombre de ses compagnons pendant un assaut des titans, il s'en voulait à mort d'avoir pris la mauvaise décision. Le brun se tenait responsable de la mort de ses compagnons de bataillon : Petra, Oluo, Gunther, ayant choisit de faire confiance en ses camarades plutôt qu'en sa propre force.

    Il se promit alors de devenir plus fort et de contrôler sa forme de titan. Alors que dans les jours venus, il devait passer devant le tribunal pour être de nouveau jugé, il avait apprit que le caporal-chef Rivaille avait prit plaisir à le tabasser devant le juge, les civils et les différents bataillons.

     

     

    Le brun lui en voulut à mort à partir de ce moment, et décida de l'ignorer. Mais cela était dur : il fallait l'avouer, il était mortellement attiré par le caporal.

     

     

    Livaï passait son temps à ruer de coup Eren quand la plonge était mal faîte, ou alors si il restait une seule miette de pain sur la table à la fin du repas. Pour le caporal, Jägers était vraiment la bonne de service. C'est le brun qui devait, à longueur de journée laver les écuries, brosser les chevaux, nettoyer l'équipement des quelques centaines de soldats dans la base des bataillons...

     

     

    Quelques fois, le major Erwin l'appelait à son bureau pour savoir si tout se passait bien. Eren n'avait que peu de choix : soit dire la vérité au blond et risquer les coups du caporal Livaï, soit lui mentir et ressortir avec une trace rouge sur le visage, de la part son aîné, qui avait écouté la conversation et l'avait giflé quand il était sorti.

     

     

    Eren dormait toujours dans le même cachot froid et isolé : tous les soldats avaient peur de sa force titanesque, depuis le jour où il avait failli tuer Mikasa, sa sœur adoptive. Il était contraint depuis d'être fermement attaché avec des menottes en bas et en haut, et les officiers, craintifs, l'avait privé de couverture. C'est tout juste si le brun arrivait à dormir.

    Heureusement qu'Armin, son meilleur ami, et Jean venait lui apporter de quoi se couvrir et de quoi manger, en cachette.

     

     

     

    • - Ça va Eren ? Demandait Jean

     

     

     

    Jägers répondait toujours d'un faible sourire forcé, et se couchais après avoir dit bonne nuit à ses amis. Les nuits étaient souvent longue pour le jeune soldats, il rêvait tout le temps de ce fameux moment, dont il ne se rappelait rien, mais il se rappelait des dires des soldats : Mikasa avait failli mourir inconsciemment sous ses yeux, et par sa main !

    Cette idée le terrifiait et le brun faisait souvent des cauchemars.

     

     

    Le lendemain, Eren fut convoqué par Hansi, qui voulait encore pratiquer des expérience sur son corps. Encore, il était rassuré : elle ne le disséquerais pas, elle au moins ! Le caporal-chef Livaï était toujours là à observer son cadet subir de multiples expériences sur son corps et cela l'amusait. Eren voyait un sourire narquois et parfois, enfin souvent sadique se dessiner sur le visage d'Ackerman et cela le mettait en rogne.

     

     

    Un mois plus tard, les préparatifs commençaient déjà pour une grande fête dans les deux semaines à venir, ainsi que la 58ème expédition extra-muros.

     

     

    Le jour J arrivé, Eren revêtit ses plus beaux vêtements, avant d'aller dans le hall principal. Tous les hommes avaient pratiquement tous une cavalière. Mikasa essaya d'inviter Eren à danser, mais il refusa. Le brun était plutôt occupé à chercher le caporal du regard.

     

     

     

    • - C'est moi que tu cherche, merdeux ? Fit Livaï, derrière lui

     

    • - N-non p-pas d-du t-t-tout ! Répondit Eren, rouge

     

     

    Rivaille lui donna un coup de poing dans le ventre, à l'abri des regards. Jägers dût se retenir de crier et se crispa. Il décida alors de sortir prendre l'air, Rivaille l'imita. Le caporal attrapa Eren par la taille, se collant à lui et lui murmura

     

     

     

    • - Un jour je te punirai comme il le faut...

     

     

     

    Eren eut des frissons et quand il se retourna, le caporal-chef Livaï avait disparu. Il alla le chercher dans le hall mais impossible de mettre la main sur lui.

     

     

    Les jours suivants, rebelote : impossible de le trouver. Jusqu'à ce fameux soir où Jägers reçut un fameuse lettre

     

    Merdeux,

    Je t'attend dans ma chambre, demain soir. Assure toi d'être seul et prépare toi à ta punition.

    Livaï

     

     

     

    Le sang d'Eren se glaça et pourtant il bouillonnait quand il toqua, le lendemain, à la porte de son aîné. Il ouvrit la porte et fut surpris de trouver Ackerman assis sur son bureau. Le brun d'1m60 se retourna et lui fit signe d'approcher.

     

     

     

    • - Que me voulez vous, caporal ? Demanda Eren

     

    • - Te punir bien évidemment...

     

     

    Livaï s'approcha du brun et lui mordit le lobe de l'oreille, avant de lui murmurer

     

     

     

    • - Crie pas trop... A la fin, tu sentira plus ton cul, merdeux...

     

     

    Eren se cambra, alors c'était ça la punition. Il allait se faire mettre sans dessus dessous par son supérieur. Jägers commença déjà à avoir mal et poussa un petit râle de plaisir quand Livaï vint taquiner ses lèvres avec sa langue avant de sceller cet échange par un baiser passionné. Le brun hésita, puis se risqua à déboutonner un premier bouton de la chemise de son supérieur, qui l'arrêta en lui donnant une baffe.

     

     

     

    • - Tu crois que t'es autorisé à faire ça, merdeux ?!

     

     

    L'aîné déboutonna la chemise d'Eren et lécha ses tétons qui commençaient à durcir. Le brun poussait des petits gémissements incontrôlés et plongea son regard dans les yeux bleus océan de son aîné. Ackerman intensifia alors ses caresses et commença à mordre les tétons bien durs d'Eren qui avait de plus en plus chaud.

    Jägers commençait à se sentir trop à l'étroit dans son pantalon tant il bandait et Livaï le remarqua. Il commença à masser le sexe durcit par dessus le pantalon et Eren se sentit tellement serré qu'il se déshabilla de lui même. Le caporal-chef sentit son amant frémir et frotta doucement son sexe contre le sien, ce qui eu l'effet voulu : Eren déboutonna, sous l'accord de son supérieur, sa chemise et alla embrasser son torse musclé, léchant ses tétons et les mordillant, suçant.

    Livaï dût se mordre la lèvre pour ne pas gémir tellement il commençait à être excité par le brun. Jamais il ne s'était sentit comme ça. En guise de punition, il prit la tête de Jägers et le força à prendre son membre en bouche. Eren commença à le sucer de haut en large, avant de le prendre entièrement en bouche, passant et repassant sa langue sur son gland et son membre en érection.

    Le caporal éjacula dans la bouche du brun qui avala le sperme et voulut lui rendre la pareille : il attrapa son sexe en main et commença à faire des vas et viens, tout en lubrifiant son doigt pour la préparation. Eren continuait à pousser des gémissements de plus en plus prononcés et Livaï dût le prendre en bouche pour le faire crier de plaisir.

     

     

     

    • - Je t'avais dit de pas crier, morveux ! Fit Livaï en lui mettant la main sur la bouche.

     

     

    Eren se calma et éjacula quand il sentit la langue du brun caresser son gland et son sexe dans toute sa longueur.

     

     

    • - Prenez moi caporal...

     

    • - J'ai pas compris, recommence !! répondit Livaï

     

     

    Eren prit une grande inspiration avant de souffler à l'oreille de son amant

     

     

     

    • - Prenez moi je vous en prit... je vous veux en moi caporal ! Dit-il d'une voix sensuelle

     

     

    Livaï ne se fit pas priver, et il entra deux doigts en Eren, qui cria de douleur. Un filet de sang s'écoula pendant que le brun intensifiait ses vas et viens. Après quoi, le caporal lui écarta les jambes et le pénétra violemment, la préparation finie. Eren hurla et embrassa son amant pour étouffer ses cris de douleur.

    Il se mit à gémit quand son aîné entama des vas et viens lents, de plus en plus rapides. Livaï sentait l'entre d'Eren se contracter sur son sexe au fur et à mesure qu'il accélérait et finit par effleurer sa prostate. Le cadet poussa un râle de plaisir et Livaï continua à taper ce point si sensible.

    Leur respiration était saccadée, leur souffle court. Eren prit son sexe et se mit à le masturber violemment pour se donner encore plus de plaisir et le caporal, se sentant venir, l'embrassa et buta un dernière fois sur sa prostate avant d'éjaculer.

    Jägers sentit le liquide blanc s'insinuer en lui alors qui éjaculait lui sur son propre ventre. Livaï vient lécher les quelques gouttes du sperme de son amant et l'embrassa.

     

     

     

    • - Alors elle t'as plu cette punition ? Demanda Livaï

     

    • - Oui. Répondit Eren

     

     

    Les deux se rhabillèrent et le caporal-chef déposa un doux baiser sur les lèvres d'Eren avant de partir apporter son rapport au major Erwin. Avant de refermer la porte, il murmura

     

     

     - Je t'aime sale morveux... Tu seras encore puni...

     

     

    Il referma la porte et Eren tomba sur le lit, prit d'un horrible ma aux fesses.

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 14:44

    Fais en une autre comme ça ptn

    2
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 15:28

    Si tu veux ^^

    3
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 15:29

    j'en ai une en cours je crois ^^

    4
    Dimanche 11 Octobre 2015 à 17:38

    Alllééééé !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :